Voix et Images
UQAM  ›  Voix et Images  ›  Accueil
Voix et Images
 

« Contemporanéités d’Angéline de Montbrun et de Laure Conan», vol. XLIV, no 1, automne 2018, sous la direction de Mylène Bédard, Virginie Fournier, Ariane Gibeau et Adrien Rannaud

 

voixetimages129

Œuvre en couverture :
Catherine Lefrançois, Jardins, collage et coloration numérique, 2018.

« Il y a en moi une force étrange ». Contemporanéités d’Angéline de Montbrun et de Laure Conan, MYLÈNE BÉDARD, VIRGINIE FOURNIER, ARIANE GIBEAU et ADRIEN RANNAUD

À l’aune d’Angéline. La vie romancée de Laure Conan, PIERRE-OLIVIER BOUCHARD et MARIE-FRÉDÉRIQUE DESBIENS

Un roman « né dans sa propre négation ». L’articulation du littéraire et du religieux dans Angéline de Montbrun de Laure Conan, LILIANA RIZZUTO

De la conversation et de la dangerosité des coquettes. La mondanité dans Angéline de Montbrun, ADRIEN RANNAUD

Angéline de Montbrun ou la dissolution de l’utopie ultramontaine, LUCIE ROBERT

La défiguration comme reconquête de soi. Le portrait d’Angéline de Montbrun, MYRIAM VIEN

Nos désirs sans limites. La mise en récit de désirs féminins interdits dans Angéline de Montbrun à la lumière de Jane Eyre, VIRGINIE FOURNIER

Angéline de Montbrun et Lévi-Strauss. L’inceste comme structure élémentaire, MICHEL LACROIX

Mina Darville. Roman inédit, LORI SAINT-MARTIN

Extrait de la présentation :

« Une production riche, exceptionnelle, mais peu commentée : bien des numéros de revue consacrés à un écrivain, à une écrivaine ou à une œuvre en particulier débutent en ces termes. Le cas de Laure Conan (pseudonyme de Félicité Angers, 1845-1924) et de son roman phare, Angéline de Montbrun, résiste toutefois à ce constat paradoxal. Véritable " carrousel critique ", pour reprendre une heureuse formule de Marie-Andrée Beaudet, Angéline de Montbrun appelle des approches critiques variées, où résonnent problématiques et sensibilités de la recherche actuelle en études littéraires et culturelles. C’est donc sous le signe de la rencontre entre plusieurs démarches et méthodes que se place ce dossier.

L’ensemble des articles renouvellent un constat critique : en regard de l’histoire et de l’esthétique du roman au Québec, Angéline de Montbrun se situe à la croisée des chemins. Lieu où convergent les traditions littéraires, Angéline de Montbrun offre une fenêtre privilégiée sur les dynamiques qui fondent le champ littéraire du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle au Québec. À ce titre, s’il fait souvent figure d’hapax dans la littérature québécoise, le roman s’apparente surtout à une œuvre charnière qui témoigne des préoccupations littéraires de son époque en même temps qu’elle en infléchit les transformations poétiques et idéologiques. »

ÉTUDE (HORS DOSSIER) :
Présentation, NICOLE BOURBONNAIS
Ferron, le docteur subtil. L’historiette, une forme d’art littéraire, ROBERT VIGNEAULT

CHRONIQUES :
Roman : Partir, c’est mourir un peu…et parfois revivre, DOMINIQUE GARAND (à propos de : Éléonore Létourneau, Il n’y a pas d’erreur : je suis ici; Louise Desjardins, L’idole; Annie Perreault, La femme de Valence; et Olga Duhamel-Noyer, Mykonos)

Poésie : Essayer d’être là, DENISE BRASSARD (à propos de : Joséphine Bacon, Uiesh / Quelque part; Amélie Hébert, Les grandes surfaces; Hector Ruiz (dir.), Délier les lieux; et Sara Dignard (dir.), Ce qui existe entre nous. Dialogues poétiques)

 

À paraître
« Expériences du temps, de la mémoire et de l’histoire dans les écritures québécoises contemporaines », sous la direction de Manon Auger et Marion Kühn

UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : mars 2009