Voix et Images
UQAM  ›  Voix et Images  ›  Accueil
Voix et Images
 

voix image122 « Louis Hamelin », vol. XLI, n° 1, automne 2015, sous la direction de Michel Nareau et Jacques Pelletier.


Œuvre en couverture :
Nadia Myre, Meditations on Red #1, 2013. impression numérique montée sous Plexiglass. Crédit photo : Nadia Myre. Avec l’aimable permission de l’artiste et de la galerie Art Mûr.

L’écriture comme appropriation de soi et du monde, MICHEL NAREAU et JACQUES PELLETIER Entretien avec Louis Hamelin, MICHEL NAREAU et JACQUES PELLETIER Inédit. Crash, LOUIS HAMELIN Espace et pouvoir dans La rage de Louis Hamelin, JULIEN DESROCHERS L’expression du sujet en tant qu’« entité ». Se définir chez Louis Hamelin, JIMMY THIBEAULT Le Ville Jacques-Cartier de Louis Hamelin. Infrastructures et infrahistoire du récit au Québec, DANIEL LAFOREST Pour en finir avec octobre, FRANÇOIS OUELLET Présences d’octobre. Variations littéraires autour d’un épisode de l’histoire québécoise (Louis Hamelin, Carl Leblanc), ROBERT DION Bibliographie de Louis Hamelin, LAURENCE PERRON

« Des fois, […] j’ai l’impression que la lumière des faits nous parvient de très loin, comme celle des étoiles mortes. Et que nous nageons en plein arbitraire quand nous essayons de relier les points pour obtenir une figure plausible… Peut-être que les explications que nous cherchons ne sont jamais que des approximations, des esquisses chargées de sens, comme les constellations: nous dessinons des chiens et des chaudrons là où règne la glace éternelle des soleils éteints. » (Louis Hamelin, Fabrications, p. 297)

« Louis Hamelin, avec La rage, a surgi comme un météorite dans le firmament littéraire québécois au tournant de la décennie 1990, provoquant un effet analogue à celui produit vingt-cinq ans plus tôt par la publication d’Une saison dans la vie d’Emmanuel de Marie-Claire Blais, de Prochain épisode d’Hubert Aquin ou de L’avalée des avalés de Réjean Ducharme. Son roman apparaissait d’une certaine manière comme un prolongement de ces œuvres phares, tout en s’avérant radicalement nouveau sur le plan proprement stylistique. Plus tard, avec La constellation du Lynx, Louis Hamelin s’est demandé si la fiction pouvait faire mieux que les recherches expertes et pointues. C’est le pari audacieux du romancier, qui utilise l’imagination comme “instrument d’investigation historique”, ainsi qu’il le signale lui-même. Il suggère du même souffle que la version qu’il donne de la crise d’Octobre dans sa fiction est plus “vraie”, c’est-à-dire plus cohérente et plausible, que la version officielle proposée tant par les militants du Front de libération du Québec (FLQ) que par la police et les pouvoirs publics. La production romanesque de Louis Hamelin s’inscrit entre les deux bornes que représentent la réussite originaire que demeure La rage et l’œuvre de maturité qu’incarne La constellation du Lynx et qui en constitue le terme provisoire. La production de Louis Hamelin est certes diversifiée, mais elle s’élabore à partir de certains traits communs, qui sont explorés par les collaborateurs du dossier: insertion dans des lieux problématiques, reconfiguration des enjeux identitaires, prise en compte d’un imaginaire amérindien, écriture de l’histoire, etc. Ce dossier s’offre comme une première tentative d’exploration collective de cette œuvre foisonnante. Il ne couvre donc pas tout, ni l’ensemble de cette production ni ses multiples préoccupations. Mais il en dresse tout de même un portrait qui met en lumière quelques-unes de ses composantes centrales et de ses principales orientations, et qui donnera peut-être à d’autres le goût d’en explorer de nouvelles ; en cela ce dossier est loin d’être fermé, il appelle au contraire à de nouvelles expéditions dans cette forêt luxuriante. »

ÉTUDE (HORS DOSSIER) :
« L’Allemagne que j’abhorre. L’Allemagne que j’adore. » La perception polémique de l’Autre dans Ça va aller de Catherine Mavrikakis, LOUISE-HÉLÈNE FILION

CHRONIQUES :
Essais/Études : Roman d’Arcadie, roman d’Histoire, KRZSZTOF JAROSZ (à propos de : Isabelle Daunais, Le roman sans aventureet Louis Hamelin, Fabrications. Essai sur la fiction et l’histoire)

Essais/Études : Ça fait longtemps que c’est comme ça, JONATHAN LIVERNOIS (à propos de : Jean Larose, Essais de littérature appliquée; et André Langevin, Cet étranger parmi nous. Essais et chroniques)

Poésie : Du côté de l’Hexagone, ANDRÉ BROCHU (à propos de : François Catalano, Au cœur des esquisses; Louise Marois, Tu ne vois pas comme un oiseau; Jean Royer, Le poème debout; et France Théorêt, L’été sans erreur)

Dramaturgie : Aux marges de la fiction, LUCIE ROBERT (à propos de : Mani Soleymanlou, Trois; Olivier Kemeid, Moi, dans les ruines rouges du siècle; Anne-Marie Olivier, Faire l’amour; Annabelle Soutar, Grains. Monsanto contre Schmeiser; et Jennifer Drouin, Shakespeare un Québec. Nation, Gender and Adaptation)

À paraître
« La révolution littéraire des années 1940 au Québec », sous la direction de Denis Saint-Jacques et Marie-Frédérique Desbiens
« Destins de l’héritage catholique », sous la direction de Céline Philippe et Anne Élaine Cliche